Goin, critique d’une époque et de ses dérives

Goin pose ses pochoirs comme la sentence tombe. Il invalide les positions politiques et sociales déloyales, inégales, répressives comme un slogan revendicatif et toujours bien senti. Guérillero de l’ombre, il a décidé de s’exprimer en 1999 à grand coup de peinture et surtout de messages allégoriques et néanmoins bien imagés. Ses sources d’inspiration sont clairement les faits actuels et, malheureusement, chaque événement catastrophique est le bon moment pour éclairer les esprits et faire réfléchir le passant lambda qui s’arrête machinalement devant la justesse des traits de l’un de ses pochoirs. Si le message est compris c’est une bataille de remportée.

Goin, street artiste au style épuré pour un message fort

Malgré les ressemblances avec Banksy, isoler Goin comme copieur serait bien réducteur. Les références sont bien là, la réactivité et l’objectivité est pertinente et soutenu par une culture solide et un trait efficace. Le tout permet vite d’oublier l’artiste d’outre manche. Prêt à parcourir les pays et côtoyer la difficulté du peuple grec, l’hypocrisie de l’ONU et de Genève. Goin crée là où son soutien sera le plus apprécié.
Dans ses choix de représentation on distinguera les grandes puissances du cac40 ou du G20, les démunis, les acculés et leur quotidien social, la mal bouffe, la télé-poubelle, l’argent roi, la relation dominant / dominé, les armes, la guerre… Nos fléaux sont définitivement son inspiration pour nous inviter à réfléchir sur nos votes, nos choix de vie et d’idéal. Il voyage et partage des idées, il découvre et est témoin d’énormité qui le feront peindre des messages plein de sensibilité et d’espérance pour des peuples qui aujourd’hui ne vivent que la corruption et la dictature.
Goin détourne les icones, les slogans qui sont devenu des repères. Ronald terroriste, Poutine en pussy riot: « Putty riot » et lady gaza, statut de la liberté revisitée pour traiter des actualités étrangère ramené à notre culture occidentale. Goin éduque autant qu’il critique et c’est la aussi que l’équilibre est bien trouvé. Toutes ses créations partent d’une vérité plus ou moins cachée. Les Danaïdes de Fukushima exprime malheureusement bien le travail infini que va représenter les centrales de Fukushima.

Des supports recyclés pour des œuvres percutantes,

Lors de l’exposition aux divers « art-centers » Spacejunk, les supports ont été aussi variés que les œuvres originales : sur des panneaux de plastique étaient peint de chaque coté une silhouette de femme en Burqa (le verso laissait apparaitre la femme nue par transparence), une rampe de skate à servie de support au large pochoir de « love is not dead », une valise à menotte complétait un tableau « Monkey business« , « big mac attack » et ses dynamites jouets, un bidon d’huile et une pompe à essence pour « Mona oila« . Les toiles où étaient exposés ses pochoirs avaient également une esthétique graphique « percutante » entre « Bad apple » à la grenade et les « Fukushima flowers« , malgré la brutalité, le contraste valorise la beauté de l’œuvre et éveille les sens. Même si son outil de prédilection est le pochoir, Goin aime le travail de la matière. Le fer, la résine, le carton, le plastique et la récupération d’objets hétéroclites lui permettent d’agrémenter ses œuvres. Son discours et son style s’harmonise également merveilleusement bien lorsqu’il intervient à la demeure du Chaos.

Entier et volontaire, Goin représente l’artiste révolutionnaire et subversif. Créer pour susciter la réaction est sont leitmotiv et les sujets révoltant de l’actualité ont droit à leur réinterprétation. « Putty riot« , « Blood dices« , « let it grow » autant de sujet « sensible » traité avec un œil cynique, lucide et mérité.

Pour voir les œuvres d’art de Goin

Site web : http://www.goinart.net/

page fb : https://www.facebook.com/pages/Goin/58054113648

suivre Goin sur street art Lyon : http://street-art-lyon.com/category/street-art-lyonnais/artistes/goin/

Galerie :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *