Green, street artiste à la main verte

Green est normand de souche, il a ensuite migré vers paris, puis à Lyon ou il réside depuis 3 ans. Comme on peut s’en douter par ces œuvres et son pseudo, il maitrise la nature. Green est paysagiste.

 

 « La rue est un musée à ciel ouvert »

Pour la « petite » histoire, il arrive au Street art par la « chasse ». Depuis son arrivé à Lyon, Green parcours les quartiers à la découverte d’œuvre et d’artiste, il chasse des pièces de street art. Un jour, il veut essayer. En travaillant, il trouve un champignon dont la forme pouvait s’apparenter à un insecte. En le taillant et avec quelques artifices, il réussi à en donner l’apparence d’un cloporte. Ça sera sa première création, la plus éphèmère.

Depuis, il fait des tests et est inventif. Il fait pousser de la mousse en forme de mante-religieuse sur un mur, il découvre des nuances de couleur sur l’écorce avec du café, du thé…

Les inspirations de Green viennent du cinéma, de la bande dessinée et de grands peintres. Dans le désordre : Guy Fawckes et V pour Vendetta, 300, Vincent Van Gogh, Munch…Green aime les images qui percutent les images fortes de sens, qui ont une identité marquantes… et parfois obscure, et pour ça, il y a les vanités…

 

La grande différence de Green : le support.

Comme paysagiste, il est habitué à façonner la nature. Il crée avec des matériaux naturels : de la mousse, de l’écorce, du bois, des champignons…

Par sa vocation de « chasseur », il est pointu dans sa culture du street art, ces artistes préférés sont DEIH de Valencia, Pixel Pancho et le chinois Dal East.

Son style évolue en fonction des matériaux dont il va se servir et change à chaque création comme la taille, le support et la technique.

Chaque pièce est une réussite pour lui ce n’est pas le résultat mais le travail pour accomplir ces créations qui lui apporte une satisfaction. Amusé et enthousiaste avec son art, il redécouvre et se satisfait de ses trouvailles. Il éprouve une grande fierté de son « smoking skull » d’après Van Gogh et son « cri » d’après Munch est tjrs en place, sur une place, dans un arbre, dans les pentes de Lyon 1er

Green espère être apprécié par le publique et met en avant la beauté et l’originalité de l’art urbain d’une manière générale « il y a énormément de choses à voir dans les rues, levez les yeux et regardez la scène urbaine, elle évolue ! ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *