CAP PHI street art et petits monstres

Cap Phi Street Art à Lyon

Cap Phi est Lyonnais, urbain et autodidacte. Issu d’une culture prolétaire, il est sensible à son environnement. Via la pratique du Skate, il découvre la rue. Via les dessins animés et les planches de skate-board, il a ses premiers contacts avec le dessin. Il s’intéressera que plus tard aux musées et galeries…

le street art de Cap Phi se retrouve dans la conception de l’art modeste d’Hervé Di Rosa « principe d’humilité qui fonde l’œuvre, contre la prétention d’artistes conformistes ou élitistes ».

Des univers créatifs distincts et évolutifs

Son Cursus scolaire : un Master d’histoire médiévale et une formation en infographie à l’IRAF.

Aujourd’hui Cap Phi est Infographiste mais ne mélange pas le professionnel et la rue. En quelque sorte un docteur Jekyll et Mr Hyde, Jekyll est au clavier dans son bureau, Hyde dans la rue et montre son coup de crayon. Il arrive à la rue par la pratique du skate et depuis plus de 10 ans le street art occupe une place de plus en plus importante dans sa vie. Phi est toujours sensible à son environnement et à ceux qui peut l’embellir… « …si un mur est beau et se suffit à lui-même, je ne pose pas, c est gâcher ! »

Tous d’abord contemplatif, il se balade en ville avec ses enfants à la recherche de diverses expressions de street artiste. Puis ils s’approprient un peu plus la rue « …nous sommes devenus chasseurs – collectionneurs… », ils récupèrent des stickers, prennent des photos. En même temps, notre street artiste découvre le monde du Artoys et commence une collection, il achète aussi des travaux d’artistes en phase avec ses moyens. Après une longue hésitation, il plonge et se met au street art « …pour devenir acteur de ce que j’aime ».

Ces Principales inspirations se trouvent dans des artistes tel que Joe Ledbetter, Andrew Bell, Jeff Soto, Craola (Greg Simkins), Korali et Supakitch, Mist, Alex Pardee, Todd Schorr, Jim Philipps un univers qui côtoie l’art pop surréaliste et l’art contemporain urbain.

Le dessin de Cap Phi évolue, « …mon trait, ma peinture se transforment avec le temps et selon les supports… ». Il s’adapte, « …Le passage du carton au bois me fait dessiner différemment… ».

Les participations aux expositions de Cap Phi :

– Flores y Espinas

En Avril 2012 au Museo de Arte de El Salvador – San Salvador. (MARTE). Catalogue : http://issuu.com/rafaelfigueroa6/docs/f_e_all_pages_low page 115.

– Cartons

En exposition solo sur cartons d’emballage alimentaires japonais à l’espace Lyon-Japon-16 rue de Bellecombe – 69006 Lyon-du 26/01 au 16/02/2013.

– Wonderful Wall

Exposition du 18 au 30 novembre 2013la rue des Capucins, dans le 1er arrondissement de LYON Chez « 81 store » et « Aris » pour découvrir une EXPOSITION, (réalisée par une vingtaine d’artistes*)

– Projet Venus IV

initié par le centre d’art SpaceJunk pour la lutte contre le cancer du sein. En Octobre 2013, expo médiathèque du Bachut (Lyon 8°) & au centre Commercial de la Part Dieu. Vente aux enchères à l’Hôtel du département, 29/31 cours de la liberté, Lyon le 11 décembre 2013.

Où trouve t-on les petits monstres de Cap Phi ?

A Lyon :

On peut trouver les petits monstres de Cap Phi à Lyon, surtout à Lyon Croix Rousse 4ème mais pas seulement…

Sur son Site : http://capephi.com/

Son rapport au public est humble et semble déléguer la critique au public « j’espère qu’ils aiment » en y étant attentif « si mes travaux sont une réussite ou un échec, c’est à vous de vous prononcer… ». Son objectif étant de rendre la ville plus belle tout en se faisant plaisir.

Suivez Cap Phi sur le blog : http://street-art-lyon.com/category/street-art-lyonnais/artistes/cap-phi/

Quelques œuvres de Cap Phi à Lyon :

Les commentaires sont fermés