Exposition DeFacto#0 : Hélène Lagnieu

Née en 1957, elle se consacre à l’art depuis 2006. Son arrivée à Lyon en 2008 a été décisive car pour la 1ère fois elle avait son atelier à disposition ce qui lui a permis de passer de l’aquarelle à l’acrylique, et du papier à la toile.

Dans le travail d’Hélène Lagnieu la féminité règne en maître. Ses princesses accouchent d’un univers fantasmagorique.

L’artiste explore un monde complexe construit sur la confrontation avec la matière et la relation des êtres dans leur symbiose avec le monde et diverses symboliques. Ses hybrides voluptueusement obscènes (parfois) se situent à l’intersection des figurations humaines, animales et végétales. Elles sont tirées de corpus anciens et souvent médiévaux.

La tension entre le bestial et l’élevé, l’humble et le merveilleux, donne à son œuvre une forme de sentiment insondable au sein des vicissitudes grouillantes. Sous le mythologique perdure réel et sensualité. L’irrationnel s’infiltre aussi. Il caresse les hybrides entre quiétude, insomnie et feu des chimères. Il faut donc se méfier des portes du songe qu’ouvre Hélène Lagnieu.

En plus de la peinture et du dessin, Hélène Lagnieu se met également à la sculpture sur papier. Elle fait naitre des créatures composées d’anciennes gravures et précieusement protégées par une cloche de verre.

http://ift.tt/1Ikw8CY
http://ift.tt/1G2O5IW

Photo : Romain Scheibert
Copyright. Tous droits réservés.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *